Le projet HORIZEO

HORIZEO est un projet d’énergies renouvelables d’envergure situé à Saucats, en Gironde, porté par ENGIE, NEOEN et la Banque des Territoires. Innovant, il associe un parc photovoltaïque de 1 GW qui permettrait de produire une énergie verte et compétitive, avec des technologies d’avenir, et s’inscrit durablement dans les objectifs nationaux et régionaux d’accélération de la transition énergétique.

Un ensemble de conditions favorables

Localisé à Saucats, commune du département de la Gironde, à une trentaine de kilomètres au sud de Bordeaux, le projet trouve ses origines dans trois éléments fondamentaux :

Le site d’accueil, sur la commune de Saucats, et ses caractéristiques.

Il s’agit d’un site clôturé de 2 000 hectares (ha), d’un seul tenant, découpé en deux ensembles entièrement clôturés et inaccessibles au public. Ces terrains sont aujourd’hui exploités pour la production industrielle de bois et accueillent actuellement deux chasses privées (petit et grand gibier, et chasse à courre), mais aussi d’autres activités telles que du ball-trap et du tir à longue distance.

HORIZEO apporte ainsi une réponse aux enjeux de la transition énergétique en s’inscrivant dans un cadre qui, sur le plan national comme régional, a significativement accru les ambitions en matière de développement des énergies renouvelables.

HORIZEO s’inscrit dans un contexte favorable pour proposer une réponse ambitieuse et inédite.

Les composantes du projet

HORIZEO est un projet d’énergie renouvelable d’envergure situé à Saucats, à une trentaine de kilomètres au sud de Bordeaux. Il associe un parc photovoltaïque à une unité de stockage d’électricité par batteries et à de l’agri-énergie : 

  • Le parc photovoltaïque (une tranche de 60% portée par ENGIE (90%) et la Caisse des dépôts – Banque des Territoires (10%) d’une part et une tranche de 40% portée par NEOEN d’autre part) : avec un objectif de puissance raccordée de 1 GW, constitue le cœur du projet HORIZEO. Il produira l’équivalent de la consommation annuelle de 740 000 personnes.
  • Le stockage d’électricité par batterie (porté par NEOEN) :d’une puissance envisagée de 40 MW les batteries d’HORIZEO seront couplées au parc photovoltaïque en partageant le même raccordement au réseau électrique. Elles participeront à l’équilibre entre production et consommation d’énergie sur le réseau public d’électricité, en stockant l’électricité produite pour l’injecter sur le réseau en fonction de la demande.  
  • Une activité d’agri-énergie (portée par ENGIE) : 8 ha au nord-ouest de la parcelle du projet seront dédiés à de l’agri-énergie. Cette activité est basée sur la cohabitation sur une même surface d’une production agricole principale et d’une production d’électricité photovoltaïque secondaire dans le but afin de garantir une alimentation locale pour les collectivités du territoire.  

Le parc photovoltaïque, élément structurant du projet HORIZEO, sera non seulement inédit dans sa capacité de production, mais aussi dans son modèle économique, au travers de contrats de vente d’électricité de gré à gré (PPA) conclus directement avec les entreprises tout en produisant une électricité renouvelable compétitive sans subvention. Le projet HORIZEO entend ainsi démontrer la compétitivité économique des énergies renouvelables. 

Les évolutions du projet

Le projet se composait initialement d’un parc photovoltaïque, d’un centre de données, d’un électrolyseur pour produire de l’hydrogène renouvelable, d’une composante agri-énergie et de batteries de stockage. Suite au débat public, les maîtres d’ouvrage ont pris la décision de poursuivre le développement du projet avec plusieurs évolutions. Les contours du projet ont également été affinés et nourris par les échanges avec le public et les parties prenantes dans le cadre de la concertation continue et pour prendre en compte les résultats des études environnementales qui ont été menées.

Parmi ces évolutions :   

  • Le déplacement du centre données hors de l’aire d’étude d’HORIZEO dans une zone artificialisée voire urbaine, avec une alimentation à 100% en énergies renouvelables, en mai 2022.  
  • Le retrait de l’électrolyseur du périmètre du projet : l’ambition d’ENGIE de le positionner au cœur du projet HORIZEO pour bénéficier des synergies avec la production d’électricité photovoltaïque était conditionnée à la capacité à trouver des débouchés et à répondre à des besoins du territoire.  ENGIE a conduit de nombreuses rencontres et identifié plusieurs pistes, pour autant, elles ne se sont pas avérées suffisantes pour justifier le maintien de l’activité de production d’hydrogène au sein du projet HORIZEO.  ENGIE a donc fait donc le choix de retirer l’électrolyseur du projet, en juin 2023. Pour autant le groupe maintient son engagement en faveur de la filière hydrogène et de la mobilité durable. 

La prise en compte de l’environnement

Guidé par la recherche des moindres impacts sur l’environnement, le développement du projet HORIZEO se poursuit selon l’approche Eviter – Réduire – Compenser – Accompagner.  Une évaluation environnementale globale est menée afin de prendre en compte l’ensemble des composantes du projet HORIZEO , ainsi que son raccordement au réseau public de transport d’électricité. 

L’implantation du projet privilégie l’évitement des zones à enjeux forts déterminés par les études environnementales, tout en prenant en compte les études et prescriptions concernant les risques identifiés (lutte contre les incendies et inondations notamment). La surface finale occupée par le parc photovoltaïque et la puissance raccordée dépendront donc de l’ensemble des enjeux identifiés (milieu naturel, risque incendie) et des choix techniques opérés.  

Aujourd’hui, le plan d’implantation du projet s’étend sur environ 1000 ha. Sur cette aire, entre 200 et 300 ha ne seraient pas aménagés et seraient gérés pour favoriser le développement de la biodiversité (corridors écologiques par exemple) et pour les mesures de lutte contre l’incendie (obligation légale de débroussaillement).  

Une évaluation de l’empreinte carbone a également été réalisée afin d’orienter les choix technologiques des maîtres d’ouvrage. L’énergie qui serait produite par HORIZEO émettrait deux à trois fois moins de C02 que dans les conditions moyennes actuelles en France. Le projet implique le défrichement de parcelles aujourd’hui dédiées à la production de bois, ce qui nécessiterait la réalisation d’une compensation sylvicole. Cette compensation, et ses modalités, seront notamment travaillées avec la filière bois et les services de l’État. Les maîtres d’ouvrage ont, dans ce cadre, l’ambition de travailler une compensation qualitative et concertée. 

Après une période de débat public qui aura mobilisé plus de 3 000 personnes entre le 9 septembre 2021 et le 9 janvier 2022, HORIZEO fait l’objet d’une concertation continue (jusqu’à l’enquête publique) organisée par les porteurs du projet sous l’égide de deux garants désignés par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP). Les études préparatoires aux demandes d’autorisation environnementale et permis de construire se sont poursuivies et les résultats sont partagées avec les parties prenantes locales et le public dans le cadre de la concertation continue.  

Les demandes d’autorisations seront déposées au second semestre de 2023. Sous réserve de l’obtention des autorisations nécessaires, après l’enquête publique qui sera organisée en 2024, le début des opérations de construction est aujourd’hui prévu en 2025 pour une mise en service progressive en 2027.  

Le calendrier du projet

Mentions légales Politique de confidentialité Kromi - 2022 Gestion des cookies CGU