Le parc photovoltaïque

L’objectif de puissance du parc photovoltaïque du projet est de 1 GW, si la prise en compte des enjeux environnementaux, la gestion des risques et les modalités techniques le permettent.

Une telle puissance permettrait la production annuelle d’environ 1 625 GWh, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 740 000 personnes. Cette électricité renouvelable serait injectée sur le réseau pour être vendue à des entreprises, mais également à des particuliers résidant à proximité du site, via une offre verte d’électricité provenant en partie d’HORIZEO. Cette offre pourrait être mise en place, si le projet obtient ses autorisations administratives, dès la mise en service du parc photovoltaïque.

Le parc photovoltaïque occuperait une surface d’environ 1 000 ha sur les 2 000 ha de l’aire d’étude du projet, et serait composé de deux tranches (l’une exploitée par ENGIE—Banque des Territoires, et l’autre par NEOEN). Les 1 000 ha restants demeureraient dédiés à la sylviculture. Les maîtres d’ouvrage étudient en outre l’opportunité d’augmenter la surface dédiée aux activités agricoles au sein du site, en privilégiant les coactivités agricoles et photovoltaïques, telles que du pâturage entre les panneaux solaires par exemple.

Choix des technologies des modules et design du parc

Sur le plan technologique, outre les panneaux classiques, les maîtres d’ouvrage étudient la possibilité de recourir aux « trackers ». Il s’agit de panneaux solaires qui suivent le soleil. Comparés aux structures fixes classiques, ces modèles consomment davantage d’espaces (30 % de plus) mais produisent de l’ordre de 12 à 13 % d’électricité supplémentaire. Leur coût est par ailleurs plus important de 5 à 10 %.

Si l’implantation précise des éléments du projet HORIZEO n’est pas définie à ce stade, les maîtres d’ouvrage s’engagent à toutefois à poursuivre le travail de définition de l’implantation optimale du parc photovoltaïque (densité, mosaïque ou monobloc, évitement des enjeux environnementaux, insertion paysagère, gestion du risque incendie, …) et l’étude de la ou les technologies adéquates (fixe ou tracker) en concertation avec les parties prenantes concernées et intéressées. Pour ce faire, les maîtres d’ouvrage souhaitent s’appuyer sur un dispositif de concertation auprès des parties prenantes et du grand public ainsi que sur les études environnementales en cours.

Mentions légales © Kromi - 2022 Politique de confidentialité